À fonds publics, École Publique, À fonds privés, École Privée

La majorité municipale avec l’aide de ses amis subventionne l’École privée.

À fonds publics, École Publique

À fonds privés, École Privée

 

    Même si l’on juge certaines lois injustes et iniques, elles doivent s’appliquer, quitte à avaler des couleuvres. A l’ordre du jour du Conseil Municipal le versement du forfait d’externat à l’école privée de La Croix Haute. Le débat s’annonçait chaud et il le fut. Et le lièvre soulevé me surprit, malheureusement, par son poids.

    Le montant du forfait 545,61 €, versé pour tout élève carmausin de l’école privée concerne uniquement les élèves du primaire. Ce forfait est le rapport entre toutes les charges de fonctionnement des écoles publiques et le nombre d’élèves concernés.

    Je posai d’entrée toute une batterie de questions “administratives” au maire et à l’adjoint chargé des affaires scolaires. Et là furent le scandale et la stupeur, sans exagération.

    Combien d’élèves du privé cela concerne-t-il ? Brève réponse : On ne sait pas, l’école privée donnera ces effectifs !

    À quelle date sont arrêtés les effectifs ? Brève réponse : On ne sait pas (alors que dans l’enseignement public, la date est fixée pour les mesures de carte scolaire) !

    Puis vinrent les questions “financières”

    Un groupe scolaire carmausin fonctionne 50 h par semaine (Garderies du matin + Restauration scolaire + Aménagement du temps scolaire + ALAE + 24 h Temps scolaire).

    De plus certains locaux scolaires sont utilisés par les CLSH quotidiennement mais aussi pendant les petites vacances.

    Le temps scolaire représente les 24/50 du temps d’occupation.

    Les factures (chauffage, entretien des locaux, nettoyage des sols, EDF, GDF, Eau, assurances, réparations diverses, ...) sont-elles proratisées, y-a-t-il une clé de répartition tenant compte des différents temps et du nombre d’enfants-élèves ? Brève réponse : Non, il y a un seul compteur EDF, GDF, Eau, il n’y a qu’un seul contrat global d’assurances. Il n’y a pas de clé de répartition.

    Des charges qui devraient être affectées à d’autres chapitres apparaissent sur les charges de fonctionnement des groupes scolaires sur le temps d’enseignement. Le forfait est donc surévalué, par manque de rigueur, par facilité (par laxisme ?). La somme versée à l’école privée est donc supérieure à ce qui pourrait être versée.

    La loi est appliquée mais comme la mairie, pour l’instant, globalise les dépenses aucun recours n’est possible.

    J’ai été le seul a voté contre. Le PS, le PC, EELV, FN et UMP votant POUR. Convergences s’abstenant de façon bienveillante.

    Contrairement à ce que suggérait l’adjoint, je ne suis pas pour que cette proratisation des dépenses impactent négativement les subventions attribuées aux Francas (ces dépenses sont déjà budgétées).

Quelle belle unanimité ! Ferry, Jaurès, Combes … au pilori !

    Ce soir-là, j’ai arrêté de croire, …arrêté de croire, naïvement, que certains avaient des convictions !

 

Laurent LEOPARDI