CARMAUX : APRES LES DEUX DERNIERS CONSEILS MUNICIPAUX

DANS LE CHAUDRON CARMAUSIN

 

Dans le chaudron du Conseil Municipal

(26/03/15 et 09/04/2015)

 

En liminaire, il est normal qu’un élu fasse un compte rendu de ses interventions. Je siège seul au Conseil municipal mais j’emploie toujours le Nous (le travail préparatoire est élaboré en groupe réflexions et discussions). Le compte rendu est le plus objectif possible mais je ne retiens et n’observe que les choses qui me paraissent le plus important (et ça , c’est de l’Humain).

Les 2 derniers conseils sont les plus importants “politiquement” de l’année. Le précédent (26/03/15) était consacré au Débat d’Orientation Budgétaire (DOB) et celui du 09/04/15 au vote du Budget Primitif (BP). Les autres conseils sont, majoritairement, consacrés à des réglages de “machinerie”.

Le DOB est censé être le moment où tous les groupes politiques s’expriment sur le sujet et non pas comme traditionnellement à Carmaux autour du projet (investissements,...) présenté par la majorité. D’ailleurs le débat ne donne pas lieu à vote.

À l’issue de ce conseil, la démocratie voudrait que la majorité ayant entendu l’opposition (si .... celle-ci s’est manifestée !) retouche son pré-projet et essaie de produire un nouveau projet prenant en compte la pluralité des avis (si ...ceux-là sont compatibles avec les valeurs républicaines sociales).

Ce n’est pas que de l’Idéal symbolique mais c’est aussi cela le principe de réalité démocratique et de l’intérêt collectif.

Que s’est-il passé le 26/03/15 ?

 -L’UMP-UDI (M Leloup) et le FN (M Legris) ne se sont pas exprimés, répétant en cela leur stratégie des municipales. Les 2 groupes n’ont rien à proposer. Ils se situent dans la même mouvance économique que le PS, celle du libéralisme économique et, avec aucun entrain à œuvrer socialement pour tenter d’atténuer les effets de paupérisation et de régression sociale.

- Le groupe Convergences Citoyennes est intervenu mais dans le cadre fourni par la majorité municipale. Une fois de plus nous avons eu droit à une bataille de chiffres. La seule réalité des chiffres est mathématique et non sociale. Comparer des villes à nombre similaire d’habitants ne veut rien dire. La composition sociologique et économique doit être prise en compte. À Carmaux plus de 1860 habitants résident dans des quartiers qui relèvent de la Politique de la Ville et du Contrat Urbain de Cohésion Sociale ! 18,6% de la population sans compter ceux qui habitent (mais pas de façon majoritaire) dans d’autres quartiers.

C’est cela aussi la ghettoïsation ! Comparer Carmaux à 2 villes (Mazamet et Gaillac), avec un potentiel économique, une composition sociologique (générationnelle, économique, ...) différents ne vaut pas démonstration.

- Notre groupe Alternative Sociale et Écologique est intervenu (voir CARMAUX : CONSEIL MUNICIPAL du 26 MARS 2015). Notre intervention a eu un certain impact (même si le compte-rendu de la Dépêche n’est pas explicitement élogieux, ... Appeler mon intervention "monologue" au lieu de souligner l'absence de "dialogue" ... c'est exprimé un point de vue. Ou une complicité ?) et a dérangé le train-train quotidien. Le défaut que l'on me fit  a été de lire au lieu de théâtraliser pour aider certains conseillers à l'attention ... très fugace !

J'en arrive au Conseil du 09/04/2015.

Gros morceau : l’étude du budget. Aucun changement dans l’écriture du projet présenté lors du DOB. Le budget se présente en 4 documents, 2 documents synthétiques et 2 gros pavés. Les synthétiques fonctionnent en blocs Fonctionnement (répartition des dépenses et recettes) et Investissement (répartition des dépenses et recettes). Les 2 gros pavés sont les balances détaillées des 2 précédents documents (un peu comme le justificatif de dépense carte bancaire et le ticket de caisse détaillé).

Ce qui en ressort :  dépenses d’investissement en diminution de 20% et augmentation des charges de fonctionnement de 2,7% ! Baisse générale des dotations de l’Etat mais augmentation des charges transférées (notamment mise en place des nouveaux rythmes).

Je tiens à porter à votre connaissance les interventions des autres groupes :

- le FN dénonce, les baisses de dotation (Sarkozy avait fait de même) et l’augmentation des charges de fonctionnement. Il votera contre le budget.

- UMP/UDI stratégie du poisson rouge, je suis toute ouïe et je ne dis rien.

- Le groupe Convergences Citoyennes : gros gag et pantalonnade. Une intervention mais pour se plaindre qu’il n’y pas eu assez de réunions de commissions finances (pour l’instant aucune des propositions faites en commission par l’opposition n’a été retenue et les autres membres qui ne siègent pas ne sont pas destinataires des comptes-rendus de ces commissions) mais aussi pour remercier (!!!!!) la majorité municipale de les avoir invités la veille à une réunion (non pas à une commission qui dépend de la volonté municipale) pour attribution des subventions.

La majorité municipale s’est élargie à Convergences Citoyennes ! Ce que l’on pressentait depuis quelques temps est en train de se réaliser. Il est à noter que CC (Conseil Municipal du 22/01/15), contrairement aux engagements de campagne, ne demande plus l’instauration d’une grille avec critères objectifs et transparents pour l’octroi des subventions mais seulement les budgets des associations. Contrairement, à ce que laissait présager leur article paru dans le dernier numéro de la revue municipale, ils se sont abstenus lors du budget, donnant carte blanche à la majorité !

C’est la première fois en 3 mandats (les 2 précédents mandats l'équipe de Convergences Citoyennes avait voté contre). Un simple pince-fesses organisé par le maire et le tour est joué. Adieu l’Alternative.

- Le groupe ASE (intervention intégrale est sur le site) : Chaque conseiller avait une copie de mon intervention.

Encore une fois, le maire s’est plaint de la longueur de mon intervention ! Pour seule réponse ( le "dialogue" que ne voit pas La Dépêche), Il m’a proposé de faire le tour des commissions.  Le seul lieu de débat collectif est le Conseil Municipal. Mon intervention a été rédigée, à partir du “ticket de caisse”, c'est à dire le descriptif des dépenses . Imaginons une famille consacrant 500€ de son budget à la nourriture : c'est la ligne "dépenses". Si on détaille le ticket, apparaissent l'achat de 200 de chocolats et 200€ d'alcool ...

C’est là que se cache le loup. Nous avons été les seuls a dénoncé le scandale de sommes dilapidées (restauration collège, ramassage des ordures, office de tourisme, culture). Notre critique du budget a toujours été basée sur des propositions alternatives afin d’éviter le dénigrement systématique.

Nous avons été bien seuls pour demander l’instauration de critères pour l’octroi de subventions. Je comprends la gêne des alliés du PS dans la majorité -PC et EELV- pieds et poings liés par le contrat municipal .. Mais rien ne leur interdit de s'exprimer ... publiquement ! 

Pourquoi demander à fixer la mutualisation, la coopération, l’instauration de nouvelles lignes budgétaires, la création d’un office municipal ou intercommunautaire de l’Education et des Pratiques Sportives ?

Elle n'a de sens que pour initier une politique éducative et sportive sur le territoire et ainsi l’ancrer dans le champ politique. Faire apparaître cette ligne au budget c'est lui donner de la lisibilité pour les citoyen-ne-s et leurs représentant-e-s . Et le cas échéant de permettre une intervention de ceux-ci pour réinventer le ...dialogue.

 

Laurent Léopardi.

 

Date de dernière mise à jour : 18/04/2015