COMMENT EXPERIMENTER UN MICRO MODELE DEMOCRATIQUE RESPECTUEUX DU VIVANT ?

Le café citoyen carmausin, relais local de la Nouvelle Arcadie, est régi par une charte proclamant les principes indispensables à l'élaboration d'un nouveau projet de société :

Logo nouvelle arcadie 02- Toute opinion concourant au débat peut être exprimée librement après la demande de prise de parole.

- Toutefois, les interventions se bornant à des polémiques purement partisanes ou dogmatiques sont contraires à l'esprit de la Charte.

- La Nouvelle Arcadie ne doit servir aucune idéologie ou action politique et veut rester un espace libre de réflexion et de discussion.

Pour en savoir plus : http://www.cafes-citoyens.fr/le-reseau-lna/charte

 

Le débat proposé est « Comment s'organiser pour créer un micromodèle démocratique respectueux du vivant ? ». Le terme « respectueux du vivant » pose question à quelques un-e-s des participant-e-s qui veulent que le champ qu'il recouvre soit bien précisé. Peut on considérer que les actions contre l'avortement soient respectueuses du vivant ? Le productivisme de l'agriculture chimique détériorant notre environnement et la santé est-il respectueux du vivant ?

S'il s'agit d'un micromodèle, se posent les questions de la taille et de son périmètre. S'agit-il alors de créer ou d'expérimenter ? Quelques personnes dans l'assemblée ont connu ce que l'histoire appelle « MAI 68 » et se souviennent des expérimentations communautaires qui suivirent cette période. Que reste-t-il de ces micro-modèles alors mis en place ?

 

Tarn micro modeleDès lors, qu'est il possible d'expérimenter dans notre société ? Celle-ci est caractérisée par le consumérisme présenté comme seule perspective d'épanouissement à laquelle nous sommes tous contraints. Le constat est fait que cette société n'interdit pas les expérimentations et les regroupements ; « il existe beaucoup d'associations dans notre pays » constituées de personnes agissant volontairement sur le thème retenu.

Notre société veut transformer chaque citoyen en consommateur et « la mutualisation des biens peut être une première initiative permettant d'échapper à cette contrainte. » Mais déjà la pratique altruiste de la mutualisation subit «  la perversion économique » de la récupération : les start ups de partage, de covoiturage, de location de biens, …, s'appuient sur la vertu d'altruisme pour créer une activité profitable. Le principe d'uberisation s'étend.

 

ConsumerismeLe consumérisme a eu besoin, pour s'installer, d'une valorisation de l'individualisme, favorisé par un «embourgeoisement créant le confort dans lequel chacun peut s'installer ». Le micro-modèle doit donc lutter contre l'installation dans cette « normalité ».

Le discours ambiant sur l'économie et sur la nécessité de participer à une compétition mondiale dessine les valeurs de la société. Celles-ci s'opposent ainsi à l'humanisme : le bénéfice estimé d'une action, d'une activité, ne s'évalue pas en humanité ajoutée mais en parts de richesse financière gagnées. Cependant «  faire le bien fait du bien ». Et ce ressenti n'est pas prêt d'être éradiqué. S'appuyant sur les pratiques de partage répandues chez les mineurs, café citoyen carmausin oblige, des participant-e-s s'interrogent sur ce qui fait que « les pauvres partagent et pas les riches ». En corollaire, la finalité de l'argent : le but d'une accumulation sans fin ou un moyen de donner à la vie quelques facilités pour l'existence ? Finalement, « être individualiste c'est être un peu paresseux ».

 

160209 02 cafe citoyen« Les valeurs prônées par la République donnent pourtant les principes pour enrayer ce phénomène ». Mais l'égalité ne joue plus son rôle parce que les mécanismes qui la permettent s'effacent progressivement. « En réduisant les tranches fiscales, les législateurs ont diminué leur impact sur la nécessité que chacun participe selon ses moyens à sa construction».

Nous vivons en société et les échanges de productions et de services fabriquent une économie. Il est possible aujourd'hui de « placer notre épargne dans une économie locale et la voir ainsi fructifier par l'utilité qu'elle donne à des personnes de pouvoir développer une initiative locale. Nous pouvons alors voir l'utilité de notre argent».

Il est aussi possible de se regrouper sur un projet commun, reposant sur des valeurs communes. L'exemple d'agriculteurs se regroupant pour une autre pratique agricole, respectueuse du vivant , tout en assurant les revenus nécessaires à l'autonomie, est cité.

160209 cafe citoyenxcfL'extension de ces micro-modèles en modèle doit éviter la perversion dont le risque est inhérent à tout système. Elle impose la nécessité de mettre des limites et de fixer le cadre de départ afin que les compromis nécessaires entre les expériences et le modèle ne se transforment en compromission. Le micro-modèle a besoin d'une «élévation de la conscience républicaine » , et de « contre-pouvoirs » pour contrecarrer le « compactage des consciences ».

 

Sans doute faudrait-il « ne pas concevoir le possible d'après ce qui existe » et « ne pas identifier les personnes à leur fortune mais à leur humanité ». Le mot « partage » est chargé de valeurs « qui ne sont pas les mêmes selon qu'on est riche ou pauvre ». Un nouveau modèle micro-économique implique que le partage soit fait de répartition équitable des bénéfices de toute nature car ils ne peuvent pas être résumés à une accumulation pécuniaire ; chacun ayant noté le plaisir pris à partager ( donner).

 

Pour le prochain café citoyen, les particiapnt-e-s ont choisi pour sujet : quel buts voulons-nous donner à la société ? MARDI 8 MARS 2016, à 20H00, MAISON DE LA CITOYENNETE à CARMAUX

 

Jean-Claude Zablet

 

Date de dernière mise à jour : 14/02/2016