QUEL BUT VEUT ON DONNER A LA SOCIETE ?

Le débat de chaque café citoyen est introduit par un petit texte écrit par l'un des participant-e-s . Le thème retenu pour le dernier café citoyen était : QUEL BUT VEUT ON DONNER A LA SOCIETE ? 

Societe 01« La société (du latin socius : compagnon, associé) est un groupe d'individus unifiés par un réseau de relations, de traditions et d'institutions ».

 Au 17ème siècle, Thomas Hobbes, auquel se joignit, un siècle plus tard Jean-Jacques Rousseau voyaient la naissance de la société comme un rassemblement d’individus « sauvages » décidant soudain de passer un « contrat social ». La « soudaineté » de ce passage fut sérieusement remise en cause par la théorie de l’évolution, élaborée par Darwin, au 19ème siècle. L’intuition philosophique en ce domaine, a depuis laissé place à l’observation scientifique. Cette explication rationnelle plausible  nous explique comment la nature inventa l’hominidé . D’expériences en expériences, les multiples débuts d’ »Homo» aboutirent à l’unicité de cette espèce dont nous sommes le résultat : Homo sapiens.

 La théorie de l’évolution propose un autre modèle. Elle affirme que les sociétés humaines ne se situent pas en rupture, mais dans le prolongement évolutif de l’ordre naturel. 

Il existait déjà des sociétés avant Homo Sapiens. Avant nous. La société n’est pas une invention humaine. Le monde animal a créé une grande diversité de formes de vie sociale.Societe 4

L’étude des sociétés animales remet donc en cause un dogme fondateur des sciences humaines selon lequel la société est fondée sur la culture et que cette dernière marque une rupture avec l’ordre naturel. Sauf s’il s’agit de la société humaine qui est donc capable d’abandonner un dogme, de le faire évoluer en théorie et de le soumettre à l’approbation des individus de l’espèce.

Depuis quelques années, il n’est plus de mise d’opposer ces deux modèles, il faut envisager leur dépassement.

De la révolution cognitive qui est cette période où HOMO construit l’échange verbal avec ses cogénères des autres tribus ( - 70 000 ans ) en passant  par l’avénement de SAPIENS ( - 40 000 ans),  à la révolution agricole ( -10 000 ans) où s’inventent l’agriculture et l’élevage par la sélection rigoureuse des animaux et des plantes, la société d’HOMO SAPIENS se construit, se cultive.

Societe 3Depuis lors, nous, HOMO SAPIENS,  avons expérimenté de nombreuses formes de sociétés. Des sociétés primitives, caractérisées par l’absence d’état. Des monarchies, des dictatures, des sociétés totalitaires, fascistes et communistes. La révolution industrielle du 18ème siècle nous a amené à la société de consommation aujourd’hui. 

Certaines sont passées de la misère à l’abondance. D’autres de la souveraineté à la soumission et d’autres encore de l’autonomie à la disparition. Cependant aucun modèle ne semble nous amener vers la société idéale aussi diverses qu’il y a de courants de pensée.

 Ce modèle est donc à inventer, ensemble car nous vivons ensemble , en société. Pour y parvenir il faudra sans doute revoir les contradictions entre les aspirations des individus et les réponses qu’apporte la société organisée. 

Agir localement en raisonnant globalement, revoir ce que nous consommons en tenant compte de ce que peut produire la planète implique de revoir nos ambitions et de se poser la question du nécessaire, du désirable et du superflu ?

Et ce nécessaire raisonnable n’est il pas que tout le monde puisse se nourrir, se loger, se vêtir, se soigner, s’éduquer ?

 

Thierry OLIVEROS

 

Date de dernière mise à jour : 13/03/2016