INTERVIEW de Laurent LEOPARDI

ENTRETIEN ACCORDE PAR LAURENT LEOPARDI A CARMAUX INFO

 
Carmaux-info : Votre intervention au dernier conseil municipal a été remarquée. 
Laurent LEOPARDI : Tant mieux. J'attendais des autres groupes des propositions. il y aurait eu alors un débat politique sur les attentes des citoyennes et citoyens qui aurait déterminé les orientations budgétaires hors fonctionnement.
 
 
Carmaux-info : Si vous vouliez donner plus de force à vos propositions, pourquoi avoir quitté Convergences Citoyennes dont vous étiez la tête de liste ?
Laurent LEOPARDI : Je n'ai pas quitté CONVERGENCES CITOYENNES; J'en a été viré ! Par lettre recommandée ! Ainsi, ceux qui ont rédigé le courrier et pris le pouvoir n'avaient pas à se risquer au débat.*
 
Carmaux-info : Votre programme, ambitieux, n'étant pas celui de la majorité municipale, comment le mettre en application sans allié ?
Laurent LEOPARDI : C'est un problème : si tant est que nos propositions rencontrent un écho auprès des élu-e-s du PCF et d'EELV, il leur faudrait gérer leurs erreurs passées . Le PCF et EELV sont dans la majorité municipale, c'est à dire qu'ils appliquent le programme du Parti Socialiste. Ils devraient expliquer à leurs électeurs et leurs électrices, en quoi le programme municipal n'est plus conforme aux engagements pris devant eux.
 
Laurent interview 01
Carmaux-info : C'est impossible ?
Laurent LEOPARDI : Rien n'est impossible si le processus républicain est appliqué : appeler à des assemblées débattant de la politique en cours, demander à ces assemblées si le vote accordé il y a un an est appliqué ; demander à ces assemblées si les élu-e-s doivent rester dans la majorité municipale ... Finalement tout cela relève de la volonté politique de construire un nouveau mode de fonctionnement qui rompt avec les méthodes de la Vème République. Celle du coup d'Etat permanent comme le disaient, jadis, les socialistes .
 
Carmaux-info : Vous citez EELV, le PCF ... Pas Convergences Citoyennes... Vous ne comptez plus sur eux ?
Laurent LEOPARDI : Viré comme un malpropre parce que je voulais que nos adhérent-e-s participent au débat municipal en le préparant, dans la rigueur et la clarté, laisse des traces. Indépendamment de ce que je ressens, je n'ai pas remarqué des prises de position dignes d'un groupe d'opposition. J'ai plutôt l'impression que la majorité municipale s'est élargie .. Les derniers résultats des départementales ont signifié l'incompréhension entre les Carmausins et la liste de Convergences Citoyennes menée par une personne qui avait appelé à la mobilisation des élu-e-s de droite et du PS contre les défenseurs de la nature et de l'agriculture sérieuse à Sivens. Ils sont de plus en plus loin des préoccupations populaires.
 
 
Carmaux-info : Vous en appelez donc à des assemblées citoyennes pour changer la majorité ?
Laurent LEOPARDI : Les assemblées citoyennes pendant un mandat sont faîtes pour que les citoyens et les citoyennes expriment leur avis sur la politique mise en place, sur la conformité du contrat municipal qui a été passé entre les organisations politiques et sur lequel elles se sont engagées. Elles peuvent se réjouir ou se défier de ce qui est mis en place. Elles peuvent aussi aiguiller les élu-e-s dans une direction plus conforme à leurs attentes. Elles ne sont pas là pour faire le prince ou défaire la cour. Elles sont constituées pour débattre. Aux élu-e-s de les entendre et de s'honorer à tenir compte de leur avis. C'est ce que je ferais. Je ne peux pas décider à la place des élu-e-s du PCF et d'EELV.
 
Carmaux-info : Cependant vous vous êtes engagé au-côté du binôme EELV sur le Canton de Carmaux2-Vallée du Cérou . Vous rapprochez vous d'EELV ?
Laurent LEOPARDI : Pour tout dire, j'avais souhaité des binômes communs EELV-PCF et PARTI de GAUCHE. Avec mes ami-e-s de "Pour une alternative sociale et écologique", nous avons rencontré le PCF et EELV qui ont préféré constituer des binômes exclusifs. Nous n'y pouvions rien. Le binôme EELV est celui qui a manifesté le plus d'ouverture à cette grande idée du rassemblement de la gauche. Nous nous sommes donc engagés avec eux.
 
Carmaux-info : EELV serait plus à gauche que le PCF !!!!!!
Laurent LEOPARDI : Ni plus, ni moins. Je ne suis pas habilité à décerner des diplômes de "conformité de gauche". Défendre le progrès social dans le respect de l'écologie est mon engagement politique.  Il ne peut y avoir de socialisme sans écologie. Ni de véritable politique écologique sans socialisme. Jaurès disait en 1893 " le socialisme proclame que la République politique doit aboutir à la République sociale" . C'est toujours d'actualité et toujours un horizon. Aujourd'hui, et Sivens en est un cruel révélateur, c'est même devenu le parti socialiste contre Jaurès ! Un comble ! C'est dire l'ampleur de la trahison.
 
Carmaux-info : Et l'écologie dans tout cela ? Ne nous dîtes pas que Jaurès était écolo !
Laurent LEOPARDI : A l'époque de Jaurès, le capitalisme industriel n'avait pas encore tout ravagé. L'impact écologique de ce saccage prenant forme, n'était perçu que par quelques esprits éclairés, comme Elysée Reclus, géographe communard,  que Jaurès a certainement lu. En un siècle, le pillage systématique des richesses naturelles pour accumuler des profits colossaux et privés a rendu notre planète exsangue. Etre de gauche c'est aussi savoir qu'il n'y a qu'un seul écosystème qui a permis l'émergence de la vie humaine. C'est donc le protéger en ne prélevant pas plus, sur une période, que ce que la planète peut reconstituer sur cette même période. Allez dire ça à un soiffard financier qui veut accumuler vite, très vite, sans payer le prix indispensable de ce qu'il prélève. 
 
Laurent interview 02
Carmaux-info : Que reste-t-il du combat social qui révéla et fit évoluer la pensée de Jean Jaurès ?
Laurent LEOPARDI : Le social est concerné par la répartition des richesses créées. Les bénéfices doivent être répartis entre toutes celles et tous ceux qui ont contribué à les créer. Répartir ne signifie pas partager à part égale mais selon les degrés d'investissement et de nécessité. Nous soutenons cette revendication de la Confédération de syndicats européens de créer une grille universelle des salaires de 1 à 20. Il faut répartir l'argent entre tous et ne pas plonger des gens dans une misère sans espoir. Quant à la production de ces richesses, elle doit se faire après ce préalable obligatoire : avoir étudié l'impact écologique de la production dans une perspective de préservation de notre écosystème.
 
Carmaux-info : Vous proposez donc une orientation politique rouge et verte, comme les couleurs de la ville ..
Laurent LEOPARDI : Le hasard a bien fait les choses. Ne nous en plaignons pas !
 
Carmaux-info : Quel est l'avenir politique de "Pour une alternative sociale et écologique "?
Laurent LEOPARDI : rassembler le plus de citoyens et de citoyennes de Carmaux et de la Communauté des Communes du Ségala pour avoir une unité de propositions sur ce territoire. J'appelle donc tous les citoyens et les citoyennes, à nous rejoindre. Il n'est pas nécessaire d'avoir bac + 15 en politique. La politique est notre affaire à tous. Chacun peut et sait en faire. Ensemble, nous cernons l'idée, nous l'élevons à l'intérêt général. C'est la base politique.
Chacun est le bienvenu.
 
Interview réalisée le 15/04/2015 à Carmaux, au domicile de Laurent Léopardi.
 
 

Date de dernière mise à jour : 21/07/2015