POUR MANGER BIO A LA CANTINE.

8 ans après le Grenelle de l'Environnement et les promesses des gouvernements successifs, la part de terre agricole dédiée à la bio ne dépasse pas 4% et la part de la bio en restauration collective ne représente que 2,7% des achats alimentaires.

Pourtant, les Français n'ont jamais été aussi demandeurs de bio : selon l'Agence bio, 6 français sur 10 en consomment régulièrement et 87% des parents voudraient que leurs enfants se voient proposer de la bio à l'école.

Capture d e cran 2016 01 09 a 10 27 25Malgré une demande forte pour la bio, le modèle agricole dominant qui demeure pour l’instant productiviste et intensif est désastreux :

  • pour l'environnement : La France reste le 1er utilisateur de pesticides en Europe et la qualité des eaux et des écosystèmes ne cesse de se détériorer.
  • pour la santé : les pesticides posent un problème de santé publique majeur avec notamment le risque de développer des cancers pour les personnes exposées.
  • pour le climat : les secteurs de l'agriculture et de l'alimentation représentent près de 36 % des émissions de gaz à effet de serre. L'absurdité des milliers de kilomètres parcourus par les aliments pour aller « du champ à l'assiette » en est une des causes principales.
  • pour l'emploi et l'aménagement du territoire :
    - 200 fermes disparaissent chaque semaine
    - 78000 hectares de terres agricoles disparaissent chaque année (soit un département tous les 7 ans), accélérant ainsi la désertification rurale et le bétonnage.
    - Un agriculteur se suicide tous les deux jours en France.

Il y a donc urgence à agir pour que l'agriculture entame sa transition écologique !

C'est pourquoi, l'obligation pour l'Etat et les collectivités de devenir exemplaires dans leur approvisionnement en alimentation bio et locale constituera un effet de levier formidable pour développer une agriculture respectueuse de l'environnement et des êtres humains dans les prochaines années.

 

Une proposition de loi sera mise en débat le 14 janvier. Les groupes de pressions de la chimioagriculture sont déjà à pied d'oeuvre etleurs lobbies asaillent les députés pour qu'elle soit rejetée. Pourtant, nous avons tous intérêt à ce qu'elle soit  adoptée en l'état. Une mobilisation pétitionnaire massive est une condition nécessaire pour que ce soit le cas.

Aussi, vous pouvez dire votre volonté de manger sainement en cliquant sur ce lien : http://cantinebio.agirpourlenvironnement.org

 

Oriane Tagliari