MAUD FORGEOT REPOND A LA LETTRE PUBLIQUE

Je comprends parfaitement la méfiance que vous manifestez à l’égard de la politique telle que nous la subissons actuellement. Les candidat-e-s de la liste Pour  un NOUVEAU MONDE en COMMUN subissent , comme vous, les effets de la politique d’austérité imposée par les technocrates de l’Europe du Traité de Lisbonne aux peuples qui la constituent. Ils la subissent en tant que citoyen-ne-s, travailleurs et parents. Ils la subissent aussi en tant qu’élu-e-s quand, minoritaires au sein du Conseil régional, ils voient leurs propositions rejetées par des partis politiques différents mais complices. 

Les élu-e-s du FRONT de GAUCHE et d’EELV, déjà présents dans l’ancienne mandature enrageaient souvent de voir combien les mesures qui auraient adouci la vie quotidienne des habitant-e-s étaient ignorées par les élu-e-s de l’UMP rejoints désormais par le Parti Socialiste. 

 

Nous aur?ons, dans quelques semaines, la possibilité d’être enfin les décideurs politiques, les acteurs de notre vie. Chaque région sera dotée d’un budget provenant de vos impôts mais aussi de subventions nationales et européennes qui viennent aussi de vos impôts. C’est dire que tout cet argent est le nôtre. Puisqu’il est le nôtre, nous qui vous demandons d’être vos élu-e-s de la liste POUR UN? NOUVEAU MONDE, saurons l’utiliser dans l’inté?rêt général qui répartit égalitairement entre tous, ce dont nous avons besoin.

?

Nous voici au coeur de vos interrogations à la sortie du bureau carmausin de la votation citoyenne.? sur la nécessité des services publics.

 

Nous disposerons donc  d’un budget dans le cadre de lois qui sont nationales et orientées par les financiers. Sans que l’on sache pourquoi, un déficit?, disent-ils,? ne peut dépasser 3%. Les politicien-ne-s qui n’ont pas d’imagination vont au plus court : supprimer des dépenses publiques. Comme en même temps, ils s’interdisent l’imposition des revenus de la finance et diminuent l’imposition des autres revenus, le budget se déséquilibre et il faut encore et encore réduire les dépenses?.

?Ce qui provoque un nouvel accroissement de la dette gonflant artificiellement les dépenses.

?L?a dépense s’accroît et jour après jour, se détricote le maillage social de l’intérêt général. Cela prend le nom de "BAISSE DES DOTATIONS" .. Quand on veut supprimer son chien, on dit qu'il a la rage prétend le dicton. Les libéraux, de Sarkozy à Valls, veulent supprimer l'unité du pays et disent qu'il a la rage des dépenses. Il faudra donc prendre en compte que la politique de la Région se fera dans le cadre des contraintes des baisses de dotation. Nous ne pouvons pas cumuler deux désagréments : la baisse des dotations et la gouvernance régionale libérale qui l'accompagne et l'amplifie.

 

?La Région peut mener une autre politique. Pour cela, il lui faut d'autres élu-e-s.?? Des élu-e-s convaincu-es et engagée-e-s?? EN COMMUN  sur des priorités.

Priorité de retour au service du public, c'est à dire des gens, du peuple. Nous savons que les gens ont besoin à proximité de chez eux de structures publiques d'éducation, de santé, de sécurité, d'administration. ?

?Nous savons que le profit d'entreprises privées ne peut être le moteur d'une telle volonté. Pour gagner beaucoup d'argent et très vite??, elles iront là où la population est concentrée ( les villes) et abandonneront 80% du territoire à l'oubli. En nous répétant sur tous les tons que tout coûte et que toute entreprise  doit être profitable, on nous serine insidieusement que les services publics, qui instaurent l'égalité des services à tous les citoyens, ne sont plus d'actualité.

 

 

Stop !  

La solution proposée par les libéraux ( P"S" et "Le Républicains") est la délégation de service public. Malgrè toute l'estime que je porte aux bouchers et aux boulangers, ils ne sont pas compétents pour renseigner, guider le public vers des opérations de santé, d'assurance maladie ... ?Je les préfère excellents dans leur domaine professionnel pour lequel ils ont été formés. 

Les délégations de service public sont le mépris affiché pour toutes les formations qualifiantes. Souvenons nous de Sarkozy qui déclarait que pour faire prof, aucune formation n'était nécessaire. Pas plus que pour faire ce qu'il avait fait : président !

A ces services publics, en direction de tous, doivent s'ajouter des services au public, tenant compte des singularités de chacun. La maladie qui frappe ne relâche pas son emprise à 16H00. L'attention aux personnes âgées esseulées ne peut s'arrêter le week-end. Les services scolaires ne s'arrêtent pas à la fin des cours.... Ces services doivent s'adapter aux progrès technologiques de la société . Le maillage numérique de notre région doit servir à tous. Individus et entreprises. Ce maillage doit tenir compte de l'impact sur la santé que ces technologies peuvent influencer . L'utilisation des ondes est peu onéreuse à mettre en place et rapporte des sommes inimaginables à ceux qui les utilisent. Mais les retours sanitaires sont parfois inquiétants. Il faudra donc utiliser d'autres techniques telles que la fibre ou les prises électriques.

 

?Les élu-e-s POUR UN NOUVEAU MONDE se préoccuperont, à l'état initial de tout projet, de son impact écologique . Ne jamais prélever plus de la planète que ce qu'elle peut reproduire dans le même temps. Refuser tous les projets inutiles dont le seul but est de créer des bénéfices : plus jamais SIVENS !  ?

 

Maud FORGEOT,

Candidate tarnaise " POUR UN NOUVEAU MONDE EN COMMUN"

Date de dernière mise à jour : 17/11/2015