PRIMAIRES : COMMENT TUER L'ENGAGEMENT MILITANT .

La démarche de la liste NOUVEAU MONDE en Commun aux dernières élections Régionales a ouvert la route à ce que sera sans doute la recomposition de la gauche qui sera républicaine, sociale et écologique. Trop occupés à promouvoir leur propre personne, de nombreux-ses élu-e-s des couches stratosphériques de la capitale ont totalement raté l'épisode LANGUEDOC-ROUSSILLON-MIDI-PYRENEES. Les mots emplis de « nouvelle politique », ils ne pratiquent que l' »orthodoxie politique » qui remet toujours au lendemain la démonstration que, par le mandat reçu des électeurs, il est possible de modifier l'organisation ultralibérale de la société, et démontrer par l'exemple qu'une autre société est possible.

 

S'il ne s'agissait que de remplacer les hommes et femmes en place par d'autres pour changer la vie du peuple, l'appel relayé récemment par le journal LIBERATION suffirait.

Hélas pour les joueurs de pipeau, il faut d'abord changer les conditions de l'exercice politique et reconnaître quels hommes et femmes sont aptes à le porter, à le faire vivre et à ne pas céder aux sirènes libérales et aux menaces qui finiront par arriver puisque la probité n'est pas achetable.

 

Appel nmLes multiples réunions en assemblée qui précédèrent l'élection dans notre région ont été fréquentées par ces hommes et femmes politiques mais aussi par des citoyen-ne-s, pas assez nombreux-ses hélas, qui avaient décidé de ne plus participer aux mascarades de la Vème république. La volonté affichée par les organisations signataires et les citoyen-ne-s a montré que cette voie dégageait l'horizon des nébuleuses installées. Une voie faite de chemins différents mais pavée de rigueur, de raison et de respect.

 

Le résultat fut-il à hauteur des espérances ? Nouveau Monde en Commun fut la seule liste d'alternative sociale et écologique à la société libérale, autorisée à se maintenir au second tour, en France, indiquant par là une reconnaissance et une légitimité de ses propositions par le peuple. Le compromis de l'accord de majorité avec les sociaux-libéraux a reçu l'appui des électeurs-trice-s , plus nombreux au second tour qu'au premier. La menace de l'extrême droite a joué un rôle important. La première intention républicaine sera de convaincre ces électeur-trice-s que leur choix fut le bon, ce qui est la meilleure manière de restaurer la confiance dans la république.

 

La seconde obligation est de continuer ce rassemblement, de persévérer dans cette unité d'autant plus solide qu'elle sera soumise aux débats contradictoires en son sein, sans exclusive, sans oukase ou attitude sans retour.

 

Appel nm 2Voilà les seules primaires qui vaillent : celles du mandat reçu du peuple. Les autres, celles de l'appel sont à la démocratie ce que le chewing-gum est au pot au feu. Une pratique qui est celle de la Vème république ( le vote... et après … le pigeonnage) mais qui n'a rien de républicain. Sans contrôle du peuple sur l'action des élu-e-s, toute démocratie est vouée à n'être qu'un spectacle. L'appel aux primaires n'est qu'une triste parodie d'engagement politique.

Laissons les primaires à l'oubli et la démarche commencée par NMeC à l'ouvrage. Toutes les échéances électorales à venir, présidentielle, législatives, municipales se prépareront bien plus sûrement par l'engagement militant et constant que par le show médiatique de « primaires ».

 

L'engagement militant consiste pour le moins, dans notre région, à mettre en place les actions et les structures qui permettront au peuple d'interpeler les élu-e-s régionaux et d'interagir avec leurs actions dans le cadre des compétences du Conseil régional.

 

Jean-Claude Zablet.

 

Date de dernière mise à jour : 12/03/2016