REGION : UNE OCCASION MANQUEE PAR LE 1ER BUDGET

Le budget 2016 ou le récit d’une occasion manquée, par Guilhem Serieys

Avec cette nouvelle Assemblée du Conseil régionale LRMP l’heure des choix.

En effet, le débat et le vote du premier budget de la nouvelle Région est un acte fondateur.

Pour ce qui est des élus issus de la liste « Nouveau Monde en commun », nous avons toujours affirmé pendant la campagne électorale que nous défendrions dans l’institution régionale nos engagements de campagne de premier tour puisqu’il n’y a pas eu de fusion « programmatique » avec la liste conduite par Carole Delga. C’est ce qu’il nous faut faire dans ce débat budgétaire, dans la clarté et de façon publique. Le meilleur service à rendre aux ennemis de la démocratie et aux partisans de l’austérité et du libéralisme est d’asphyxier les débats politiques ou de les confiner à des salons privés. Au contraire, il faut les rendre publics sinon il est vain de prôner la réappropriation par les citoyens de leurs affaires et le rétablissement souveraineté populaire.

Nous avons eu 4 réunions de groupe pour préparer cette Assemblée plénière ainsi qu’une réunion invitée par Carole Delga intitulée « Séminaire de la majorité ». D’autres réunions de préparation budgétaires se sont déroulées, notamment dans le cadre de « l’exécutif » où siègent 4 vice-présidents « Nouveau Monde en commun », membres d’EELV et du PC, mais il semble être de coutume de ne pas diffuser de compte-rendu de leur contenu. Nous avons décidé de changer ces habitudes en conformité avec les engagements pris devant les électeurs.



Au final, ce budget 2016 restera comme une occasion manquée pour imprimer une nouvelle marque aux politiques régionales dans le contexte de crise actuel. Le rejet de la « délibération ressources » démontre que l’orientation de soutien à la politique gouvernementale est minoritaire dans l’assemblée régionale. D’autres choix sont donc possibles et nécessaires pour réunir une majorité.

C’est pourquoi il est si regrettable que le débat budgétaire n’ait pas réellement eu lieu faute de clarté et de cohérence dans notre groupe et de décisions prises avec comme seule boussole la préservation de bonnes relations dans le cadre de « l’accord de majorité » avec le PS et le PRG. Nous avions mis au cœur de notre campagne électorale la question démocratique. Dans un contexte de défiance généralisée, nous avons en particulier défendu la nécessité d'une pratique politique exemplaire pour renouer un lien de confiance aujourd'hui rompu avec les citoyens. Nous l'avons fait avec la conviction que l'exemplarité et la recherche permanente de l'implication citoyenne dans les prises de décision est une condition sine qua non de l'amélioration des conditions de vie et du bien commun. Aujourd'hui, c’est cette implication citoyenne qui fait défaut car le rapport de force au sein de l'Assemblée rend possible la concrétisation de nos engagements, dès lors que l'on s'en donne les moyens et que l'on en accepte les conséquences. En tout état de cause, quelle que soit les choix des uns et des autres, nous sommes bien déterminés à poursuivre le combat dans la continuité des engagements que nous avons pris devant les électeurs !

 

Guillaume SERIEYS