L''ENDETTEMENT D'EDF PASSE PAR LE LINKY

L’état, pris de démence libérale, a  manifestement des comptes à régler avec le Conseil National de la Résistance. Comme pour l’éloigner du projet industriel et citoyen voulu par le CNR au printemps 1946, l’état, actionnaire principal d’EDF ( 85% du capital), casse méthodiquement cet outil énergétique. 

Il le casse en lui faisant produire une énergie électrique dangereuse, en lui faisant racheter des dettes et en impulsant des projets si douteux que de plus en plus de personnes rejettent le dernier en date : le compteur connecté LINKY ou AMM.

Si la volonté de produire une énergie électrique à partir du nucléaire n’est pas imputable à l’actuel gouvernement, sa volonté manifeste de renier tous ses engagements sur la sortie de ce mode de production est évidente. Le fait d’avoir créé un outil surpuissant de production d’énergie électrique, bien au-delà des besoins des usagers puis d’avoir créé des logements et des appareils électriques odieusement énergivores pour vendre cette électricité est une réalité héritée.

 

Dans l’eEndettement edf 01ndettement financier tel que présenté par EDF, la somme colossale de 37,4 milliards de dettes a besoin d’être éclairée. La note est hélas bien plus sévère. Le coût du démontage des centrales nucléaires (des centaines de milliards ?) a été viré des comptes. Par le fait du prince, les provisions qu’il faudrait affecter pour le démontage et le stockage des produits radioactifs (certains le seront pendant 300 000 ans !) n’apparaissent pas. Bonjour les emprunts de la future dette qui feront passer les actuelles pour une aimable plaisanterie.

Mme ROYAL, membre éminent de ce gouvernement, subodorant les coûts du démontage des dites centrales nucléaires propose de prolonger leur durée d’utilisation espérant ainsi refiler le bébé à son successeur. «Après moi, la délugitude ». 

Ce schéma, visible sur le site d’EDF, ( https://www.edf.fr/groupe-edf/espaces-dedies/finance/investisseurs-et-analystes/espace-obligataire/structure-financiere) fait apparaître parmi les dettes,  l’"investissement" du LINKY noyé dans  12,7 milliards. Mazette ! Pour investir autant d’argent, il faut que les bénéfices promis soient juteux. Le coût des compteurs LINKY est estimé entre 5 et 7 milliards. Celui des concentrateurs, des sociétés privées qui gèreront le bazar n'est pas envisagé ... Mais ce sera à payer par le contribuable et l'usager .... qui sont majoritairement une même personne ! 

Insoumis au linkySi cette même somme était investie dans la production d’énergie renouvelable, une bonne partie du pays serait alimenté en électricité propre. Un récent reportage de France 2 montrait la mise en eau d’hydroliennes ( principe de l’éolienne fonctionnant 24h/24 sous l’eau : image ci-dessous) au large des côtes normandes. 500 000€ annonçait le reportage, pour une production  équivalant à deux réacteurs nucléaires ! Avec les 5 à 7 milliards, nous aurions eu l’équivalent de 20 à 28 réacteurs nucléaires  installés ! Sans risque sanitaire et à moindre coût. Fabriquées en France , et non en Optimisation Fiscale d'Irlande, depuis que Hollande a flingué les haut fourneaux qui savaient fabriquer leur acier, s’additionnant aux emplois de rénovation des logements, combien de millions d’emplois eussent pu être créés ?

Hydrolienne

L’absence de volonté politique d’utiliser les énergies marines et sous-marines, inépuisables, peu onéreuses, dépasse le cadre de l’erreur. Elle démontre la volonté des sociaux libéraux de casser la stratégie d’un état visionnaire, planifiant des secteurs stratégiques de l’économie pour permettre à d’autres activités, profitables, de s’installer. L’emploi pour tous ne plaît pas à ceux qui détruisent le code du travail pour créer une main d’oeuvre taillable et corvéable pour des profits maximum.

 

Après le camouflage de l’endettement colossal des centrales nucléaires, l’investissement imbécile dans un compteur connecté LINKY , liberticide, coûteux  et dangereux, voici maintenant le rachat des dettes d’AREVA. A l’été 2015, le gouvernement dirigé par M VALLS, épouvanté par les performances d’AREVA dirigée par l’ex-mitterandiste puis ex-sarkozyste, et maintenant future ex-hollandiste, Mme LAUVERGEON, décide de faire reprendre les dettes par EDF. Entre 5 et 8 milliards selon le degré d’optimisme de ceux qui comptent. Et encore a-t-il fallu qu’EDF refuse de prendre en charge les déficits ( déjà 5 milliards !!!) de l’EPR finlandais qui n’en finit pas de n’être pas construit. 

Pas de problème, c’est le contribuable français qui éponge ! Il en faudra des taxes TURPE, des index d'électricité multiples dans la journée, des augmentations de l'abonnement aux puissances pour éponger l'investissement LINKY et l'endettement dAREVA, essentiellement du à des ....investissements délirants aux USA.

 

Pour compléter le tableau, la libéralisation de la production d’énergie invite tous les entrepreneurs à venir dégueulasser les paysages d’éoliennes industrielles. L’énergie propre a bon dos ! L’énergie propre est d’abord issue d’une décision propre. Une société civilisée prend en compte l’avis des Humains vivant sur le territoire. Dans ce cas de production d’énergie électrique, l’évaluation des besoins ne peut être dissociée des choix de la production. La technologie choisie doit tenir compte de ces choix.  Si l’énergie nucléaire crée peu de désordre visuel, elle met directement  en danger la vie actuelle et future. Les frontières maritimes de la France, son ensoleillement, offrent des possibilités énergétiques fabuleuses compatibles avec les paysages, la vie humaine et l’économie.

Encore faut il avoir la volonté politique de placer l’alternative sociale et écologique au centre des préoccupations démocratiques de notre société. 

 

La loi du marché est le cancer de l’économie. Il faut en finir avec elle. En finir en rendant la planification économomique et écologique à l'Etat, en développant l'investissement social et écologique des personnes à tous les échelons : communes, entreprises, services publics, associations.

Le monde ringard que veulent nous imposer les tenants du vieil ordre libéral doit laisser place à l'inventivité et au progrès technologiquement social et écologique.

 

Jean-Claude Zablet.

Date de dernière mise à jour : 01/04/2016