L'ABSTENTION NE PROTEGE PAS DU TERRORISME !

La peur est notre ennemie. L'abstention notre adversaire.

Toute l'intelligence du cheval de Troie qu'est devenu le P"S", placé par les financiers devant les portes de la gauche sociale et écologique, consiste à utiliser notre ennemi pour flatter notre adversaire. Ce parti est devenu le spécialiste des reniements et des honteuses stratégies.

Chacun comprend que les familles endeuillées sont loin du débat politique. 

La société organisée selon les préceptes républicains doit surmonter le chagrin et favoriser ce que les Humains ont apporté à la vie : le débat. La politique est ce débat civilisé entre les Humains. Chacun qui fait campagne a, en permanence dans la tête,  le pire de ce que les Humains ont apporté à la vie : le massacre sauvage de l'innocence.

AbstentionPour terrasser nos ennemis, nous disposons d'une arme si redoutable qu'elle est la cible de tous les extrêmistes : la démocratie. Y renoncer, c'est abandonner nos munitions à cet ennemi. Y renoncer, comme ce fut le cas en 2005 après la trahison du vote des Français-es sur le traité constitutionnel européen, comme ce fut le cas en 2012 à travers l'élection du mensonge "socialiste", comme  ce sera le cas chaque fois que l'urgence prévaudra sur le débat citoyen, c'est renier ce que nous pouvons apporter à la vie.

La politicaillerie de celles et ceux qui se sont emparés du P"S" les fait afficher sans honte leur mépris de la démocratie. En se retirant  du débat citoyen sur la politique à appliquer dans les Régions, ils utilisent la compassion du peuple français contre la solidarité de ce même peuple envers les leurs, assassinés et dans l'inconsolable chagrin. 

Notre solidarité doit s'exercer pleinement, sans calcul, sans relâche. Elle doit s'appliquer dans le débat, dans le vote.

L'abstention est notre adversaire. N'abandonnons pas à celles et ceux, politicard-e-s du libéralisme : P"S" - "Les républicains et copains" - FN, le respect que nous pouvons offrir à la vie, à nos compagnons assassinés, à leur famille. Participer au débat de la Cité, c'est réduire, élection après élection l'espace du mensonge, et, de ce fait, l'espace des crapules qui utilisent tous les drames qui frappent le peuple pour resserrer le noeud coulant autour de la démocratie. 

Hollande veut modifier la Constitution et se sert de notre émotion pour nous imposer sa vision d'une société libre dans la cage libérale.

Le P"S" se retire des débats espérant le rassemblement du peuple derrière le menton protecteur du "sauveur de la nation". La nation n'a pas besoin de sauveur parce que la nation condamne unanimement les crimes qui viennent de l'atteindre. La nation n'a pas besoin d'abandonner définitivement sa liberté républicaine puiqu'elle consent unanimement à donner des moyens humains et techniques à sa sécurité. La nation n'a pas besoin de se terrer dans la démagogie imbécile de l'armement des policiers en repos et municipaux, pour vivre en sécurité.... ("Que pourra le pistolet municipal face à la Kalashnikov de 3 terroristes ?" questionne l'enfant) .

Le débat démocratique est la meilleure réponse à la propagande terroriste. 

Donner les moyens aux forces de sécurité ; leur donner la mission de traquer le terrorisme plutôt que de tuer Rémi FRAYSSE est la meilleure réponse de l'Etat à la sécurité à laquelle a droit chaque citoyen-ne.

 

Jean-Claude Zablet

Date de dernière mise à jour : 22/11/2015