COMPTEURS ET OBJETS CONNECTES : L'AVENIR DU LIBERALISME

La réunion d'information organisée par la municipalité et la communication d'ErDF a permis aux Bénédictin-e-s de voir comment s'opèrent la communication et le lobbyisme des grands groupes industriels et bancaires auprès des élu-e-s de la République.

ErDF, entreprise de service public, délègue désormais des communicants lorsque la population demande des explications sur le service qui lui est rendu, .. en son nom. Un ingénieur en électricité cherchera en priorité un emploi dans un secteur dans lequel ses compétences seront utiles. Un ingénieur en baratin baratine. C'est sa fonction. Qu'importe ce qu'on lui demande de vendre. Aujourd'hui il vend un compteur en le présentant comme le nectar du service public  électrique. Demain, si le salaire est meilleur, il vendra un soda, nectar de la santé. Après demain, une idée  qui rendra chacun d'entre nous plus intelligent que son voisin ( cherchez l'erreur !).

Autant dire que les arguments d'un communicant ne peuvent tenir lieu de preuve irréfutable scientifique, ni sa fiche d'intervention de document authentique à valeur historique. Tout au plus son action peut elle alimenter une étude sociologique des mécanismes "d'enchantement des foules par hypnose verbale". 

Décontenancé par une salle plus informée et insoumise que prévue, comme le fut celle de St Benoît de Carmaux, le communicant en arriva à l'argument suprême, le seul qui compte pour lui : "les associations qui dénoncent le LINKY sont des menteurs".

Et toc !

Pourquoi des personnes, soudainement, se lèveraient et s'organiseraient contre le LINKY ? Seraient elles actionnaires d'une entreprise de fabrication de bougies ? Seraient elles manipulées par une entreprise de compteur, rivale du fabricant de LINKY ? 

Pourquoi mentir ? Souvent pour protéger des intérêts. Quels sont les intérêts protégés par les "menteurs" de Next Up, Robin des Toîts, par ceux du CLAC gaillacois, du CLIC albigeois ? L'objet des mensonges est la liberté, la santé et la chèrté de l'énergie. Les résistant-e-s au LINKY disent que ce compteur dégrade la santé, menace la liberté en donnant à des sociétés privées des informations sur la vie dans l'habitation, et va provoquer une augmentation de la facture ( taxe TURPE, puissance supérieure, comptage de l'électricité réactive). S'ils mentent, c'est donc que le compteur n'a aucune action négative sur la santé, aucune incidence sur la divulgation des habitudes de vie, et n'augmentera pas le coût de l'électricité.

Le Comité Scientifique sur les Champs ElectroMagnétiques a publié un schéma des mécanismes de dégradation de la santé.

Capture d e cran 2016 02 29 a 18 22 48

Quel historien, pour forger une vérité historique,  s'appuierait de préférence sur un argument de vendeur au lieu d'une étude scientifique ?

Que penser des propos du responsable des compteurs connectés à EDF qui, sentant le vent tourner, n'hésite pas à se contredire, oubliant totalement ses propos d'hier. La preuve, pour ceux qui ne voudraient croire qu'aux révélations des puissants, est dans ce petit film, monté à partir de deux émissions de télévision :

Les partis politiques de la gauche d'alternative sociale et écologique, dénoncent avec raison, les délégations de service public qui, sous prétexte de diminuer les impôts locaux, confient des services à des sociétés privées dont le but est de dégager des profits. Pour cela, elles augmentent les cadences de leurs employés, réduisent au maximum le nombre de ceux-ci et si elles peuvent se faire de l'argent de poche en communicant des informations à d'autres sociétés, dont elles seraient actionnaires, pourquoi se priver ? 

Qui est assez naïf pour penser que les sociétés qui gèreront nos flux électriques échapperont à la tentation ? Qui peut croire qu'il n'y aura jamais d'automatisation de la tâche de gestion des flux et des puissances qui aboutira à l'inhumanité des coupures par souffrance sociale ? Car enfin, le militant politique et syndical sait que l'automatisation qui est une belle invention quand elle libère l'humain des tâches pénibles et diminue le temps de travail est une abjection sociale quand elle transfère dix emplois en un seul à 10h par jour. Il sait aussi  qu'elle se fout des états d'âme de ceux à qui on a coupé le courant pour une facture impayée.

La société libérale rêve d'automatisation des services payés par les usagers comme s'ils étaient réalisés par des humains. Alors se génèrent des profits gigantesques qui ne bénéficient qu'à quelques uns.

La municipalité majoritairement communiste se St Benoît de Carmaux  le sait pertinemment. Piégée par son ignorance des compteurs connectés, elle a pris pour argent comptant que les compteurs d'eau ,qu'elle a laissé implanter sur la commune, rendaient service à la population. Il est encore temps de ne pas s'enfoncer dans l'erreur en faisant semblant de croire que le LINKY est l'avenir de l'humanité sociale.

Le LINKY, comme le compteur AMM ( son compère rural), comme le GAZPAR, comme le compteur d'eau connecté sont le produit de la stratégie libérale de suppression des emplois de service mais pas de leurs prix. Leur généralisation va permettre des tarifs différenciés dans la journée pour répondre à la messe de l'offre et de la demande. Plus on a besoin d'eau, ou d'électricité, ou de gaz, plus ce sera cher. Ceux qui iront travailler se levant dans le même horaire demanderont en même temps cette énergie. Le racket peut alors s'organiser ... Mais vous serez libre de rester au lit, de ne pas vous chauffer, vous éclairer, vous laver ...Bel exercice de la liberté ! Il faut avoir le cynisme d'un libéral pour fonctionner ainsi.

Big brother surveille, fait les poches et mutile la santé de l'humain.  Les objets connectés, compteurs et domotisés sont l'avenir du libéralisme, pas de l'humanité.

Jean-Claude Zablet.

Date de dernière mise à jour : 05/04/2016