ELECTROSENSIBILITE IGNOREE A ST BENOIT DE CARMAUX

Les syndicats des eaux de FONTBONNE et de la ROUCARIE ont fusionné en un seul syndicat. La commune de St Benoît de Carmaux a depuis rejoint ce syndicat pour l'approvisionnement de ses administré-e-s 

Electrosensibilite 02La communication autour de cet événement contenait-elle une obligation d'installer de nouveaux compteurs d'eau ? Ceux-ci, comme le LINKY pour l'électricité et le GAZPAR pour le gaz, présentent la partcularité d'être des compteurs connectés. Cela signifie que leur gestion se fait par des ondes que la communauté scientifique décrit comme cancérogènes. Par ailleurs cela ne fait que renforcer le mal être des personnes électrosensibles : maux de tête, douleur articulaire et/ou musculaire (genou, main...), fatigue, insomnie, acouphènes, perte de concentration, dépression, irritabilité, problèmes cardiaques, notamment tachycardie. A cela s'ajoutent des perturbations du système endocrinien, du système neuro-immunitaire, du système cardio-vasculaire, du système nerveux, du fonctionnement des cellules de différents organes. L'absence de recul empêche de dire ce que cela provoquera à terme. 

Le principe de précaution sanitaire qui peut être invoqué est déjà débordé puisque des personnes, électrosensibles, souffrent  de l'action collatéralement négative de l'installation. Le progrès scientifique est louable s'il bénéficie à tous. Ce qui n'est manifestement pas le cas avec ces nouveaux compteurs.

Par ailleurs leur installation a un coût, inutile mais bien réel, supporté par le contribuable et bénéficiaire aux actionnaires de la société fabricante. Leur installation est forcée : c'est le productivisme appliqué aux particuliers ! Rien ne justifie l'installation de tels compteurs car la consommation des énergies et de l'eau est depuis longtemps calculée. Et elle n'améliore, ni ne contribue, à l'amélioration de la qualité de l'eau. Ni de son service.  Désormais la consommation, contrôlée à distance, peut être modulée, voire interrompue, sans que cela puisse être contesté par une action sociale ( manifestation de solidarité interdisant la coupure du compteur)

De plus en plus de familles souffrent des ravages du libéralisme et se retrouvent interdites d'électricité, de gaz et bientôt d'eau. L'eau est vitale à la vie. Les énergies indispensables.

Electrosensibilite 01Il est difficile d'imaginer qu'une municipalité, celle de St Benoît de Carmaux, qui a mené et continue de mener une lutte pour préserver le service public postal de qualité sur son territoire, puisse abandonner ainsi ses administrés à la voracité financière. A sa décharge, peu de maires savent qu'ils sont responsables des réseaux dans leur commune, et en conséquence des compteurs. Tout conseil municipal peut prendre un arrêté interdisant l'installation des compteurs connectés ; rien ne serait interrompu car les compteurs actuels savent facturer le service de l'eau.

Comme on le voit, ces compteurs connectés éloignent encore plus les centres de décision des citoyen-ne-s. La distance ici est absolue car le décideur est un automatisme qui n'obéit quà un flux électrique : tu payes, tu reçois ; tu ne peux pas payer : crève !

La municipalité de St Benoît de Carmaux s'honorerait à suspendre toute installation sauvage de ces compteurs, pour protéger ses administrés. Elle gagnerait à recevoir les personnes souffrant d'électrosensibilité et à s'informer des effets néfastes sur la santé des humains et le porte monnaie des contribuables qui se trouvent être majoritairement les mêmes.

A ce propos, une réunion publique se tiendra sur ce sujet  à ST PAUL CAP DE JOUX, le 26 février prochain et probablement à CARMAUX, au printemps.

D'ici là, chacun peut s'informer, se faire une opinion et rejoindre les personnes qui ont décidé de refuser l'installation de ce compteur comme l'autorise la loi. Car l'installation de  ces compteurs s'accompagne d'une modification de contrat, ce qui nécessite l'accord explicite de l'abonné...

Pour éviter toute installation forcée et les pressions très inamicales qui s'exerceront, mieux vaut prendre les devants en avertissant par lettre recommandée avec accusé de réception, les fournisseurs du réseau, le maire et les structures gérantes. Parce que cette forme de résistance a un coût, insupportable pour les personnes sans revenu, la meilleure solution reste l'arrêté municipal.

 

Oriane TAGLIARI


 

Date de dernière mise à jour : 08/02/2016