ST BENOIT : LA MAIRIE REFUSE UN DROIT DE REPONSE A ROBIN DES TOITS

160216 lettresiaepLe syndicat des eaux a fait distribuer sa messe par les services municipaux. Sur le document figure la signature du maire qui indique ainsi son adhésion à la propagande productiviste (pour agrandir la lettre, cliquer sur ce lien :160216 lettresiaep160216 lettresiaep (485.91 Ko))

 Le collectif carmausin "ROBIN DES TOITS" a demandé respectueusement le même traitement.  Etonnamment ou non, selon ses convictions citoyennes, la proposition a été refusée. L'apposition de la signature du maire sur un document donnant une information controversée implique que celui-ci est un document officiel. Il y a donc une information officielle qui ne souffre aucune autre information. (pour agrandir la lettre, cliquer sur ce lien :160301 reponse a la siaep160301 reponse a la siaep (85.86 Ko))

Chacun était en droit d'attendre d'une municipalité majoritairement communiste qu'elle porte plus d'attention au débat contradictoire garant minimum de la démocratie. Elle en connaît manifestement les principes car il y a quelques mois, elle s'était courageusement mobilisée pour défendre le service postal sur la commune. Pourquoi alors défendre un service public et son emploi pour mettre en place les conditions de la suppression de celui de releveur des compteurs d'eau ? 

Comme l'indique la lettre du collectif ROBIN des TOITS, remplacer un compteur qui fonctionne parfaitement par un compteur qui fait la même chose mais en plus cher est une véritable gabegie financière quand tant de gens souffrent de la politique sociale actuelle.

Sauf si tout n'est pas dit ...

Ces compteurs permettent à un-e employé-e du syndicat de relever la consommation d’eau deux fois par an …. Ce qui existe depuis quelques dizaines d’années. L’opération prendra 3 secondes … ni plus, ni moins que le relevé actuel.

Veolia 1Un module radio n’émettra que lors du contrôle nous dit cette lettre. Le reste du temps, ils sera en veille, c’est à dire non opérationnel. Et le courrier du syndicat prétend qu’un module en veille est capable de détecter une fuite d’eau !

De qui se moque-t-on ? Si le module est en veille et ne détecte rien :.... IL NE SERT A RIEN ! La dépense de remplacement des compteurs aurait été bien plus utile à la collectivité publique.

Ou le syndicat ne dit pa toute la vérité. A quoi sert un compteur connecté… s’il n’est pas connecté ? A rien de plus que le compteur actuel. Il faut donc qu’il soit connecté pour remplir sa fonction de relevé des consommations sans les emplois de relevage. Un compteur connecté sert d’abord à supprimer, à terme, des emplois.

A quoi sera-t-il connecté ?

Comme tous les compteurs connectés, contre lesquels se lève une vague citoyenne de refus, ceux-ci doivent être reliés à des connecteurs qui pour être efficaces, comme les antennes relais de téléphonie, doivent être à proximité des habitations. "Nos rues seront bientôt plus embouteillées par les ondes que par les automobiles !" écrit malicieusement le collectif "ROBIN DES TOITS".

Cela prêterait à sourire si notre santé n’était pas concernée.

Ces compteurs « intelligents » ne le sont pas assez pour éviter d’être cancérigènes comme le déclare un rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé. Le déploiement de tous les compteurs connectés est la stratégie développée par les multinationales pour contrôler comment nous consommons. Cette stratégie méprise la santé des citoyen-ne-s et les souffrances des maladies que ces connexions par ondes vont déclencher.

L’implantation de tous les compteurs connectés doit cesser. Que soient d’abord prises en compte nos préoccupations humaines d’un environnement assaini  notamment d’ondes. 

Ayez confianceLes arguments d'ERDF sont ceux des serviteurs du libéralisme. Au P"S" et à ses alliés, la destruction de l'organisation sociale qui répartit les bénéfices entre le travail et le capital au seul profit de ce dernier. Aux dirigeant-e-s des services publics de s'assurer la complicité des élu-e-s pour dire aux populations que partout où il y a de la vie, elle doit être livrée au marché. Les élu-e-s municipaux ne doivent pas s'amuser à être les marionnettes de l'ultra libéralisme.

Le maire de St Benoît de Carmaux sait désormais que ces compteurs, à terme , vont augmenter la facture des usagers par la modification des comptages d'eau, d'électricité et de gaz,  et mettre potentiellement en danger la santé de la population. Si cette première phase est banale, ce qu'elle prépare ne le sera pas.

On connaît des militant-e-s de "l'HUMAIN D'ABORD !" plus attentifs à la défense et l'organisation des citoyen-ne-s que ceux qui virevoltent dans l'arène du marché libre et non faussé. 

Comment peut on s'opposer à la "loi" El KHOMRI qui détruit le code du travail pour livrer les salariés à l'humeur libérale du patron et imposer ce qui est l'essence de cette loi ( la loi de la jungle de l'offre) dans les foyers de ces salarié-e-s ?

Comme le président d'ENEO, accessoirement maire de Carmaux, qui vient de faire cesser l'implantation des compteurs d'électricité, celui de ST BENOIT doit faire cesser l'implantation de ses cousins, tout aussi destructeurs : les compteurs d'eau. 

Les Bénédictins comme les Carmausins n'ont pas à servir de cobayes aux délires profitables de quelques industriels qui sous prétexte de création d'emplois temporaires détruisent les emplois permanents et font les poches des adminsitrés tout en affaiblissant leur santé.

C'est le minimum politique attendu d'une municipalité républicaine.

Pour que cessent toutes les expérimentations irresponsables que certains apprentis sorciers confondent avec une action politique, le rassemblement de tous les opposant-e-s insoumis à l'ultralibéralisme est indispensable. 

 

Oriane Tagliari.


 

 

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 15/03/2016