HOLLANDE ET SA CLIQUE CONTRE LA MEDECINE.

Le projet de loi santé, actuellement en pseudo-débat au parlement, va poser les bases d'un nouveau système de soins.

 

Sante 02Il organise la destruction des fondements de notre Sécurité Sociale - une prise en charge des soins publique, solidaire et universelle - en place depuis 1945. Trois générations ont pu bénéficier de ce système qui avait fait augmenter l'espérance de vie dans des proportions jamais atteintes.

Las ! C'en étatit trop pour les actionnaires et les banques qui désespéraient de ne pas se goinfrer de tout cet argent qui circule dans les différentes opérations sanitaires. Les banques le voulaient ... La clique sociale libérale le lui offre .. Pas un ministre pour racheter l'autre ! Tous au garde à vous devant les actionnaires :

SUS AU PEUPLE ! est  leur cri de ralliement.

Les naïf-ve-s qui croyaient que la volonté de généraliser le TIERS-PAYANT était une stricte volonté d'avancée sociale significativeen sont pour leurs frais !

La relation actuelle : Sécu-mutuelles-médecin-citoyen-ne fonctionnerait parfaitement avec le tiers-payant à condition que les médecins soient payés de leur service dans la journée. Un fond abondé permettrait de payer le médecin tout de suite, et se réalimenterait par une régularisation administrative entre ce fond et la Sécu et les Mutuelles.

Trop simple, trop social, trop citoyen ! L'argent doit aller au fric , le fric aux bénéfices, les bénéfices aux actionnaires ! Ce même fric sera placé dans des sociétés de soins à but TRES lucratif : cliniques, instituts à fort pouvoir en carte bancaire.

Le système mis en place par les usurpateurs "socialistes" ne permettra plus aux professionnels d’apporter des soins adaptés à chaque individu selon ses besoins, dans le respect de son intégrité et sa dignité, de son libre choix et de son intimité.

 

Il organise la mise en place d’une véritable distribution des soins.

Sante 03

Le soin, devenu un bien de consommation dans un réseau commercial comme représenté dans ce schéma :

Les assureurs achètent des soins auprès des praticiens

Les employeurs achètent des contrats auprès des compagnies d’assurance

Le consommateur bénéficie des contrats d’assurance imposé par l’employeur

 

Il en résulte que le patient ne pourra plus choisir son parcours de soins.

Il en résulte la perte du secret médical et du libre choix du praticien.

 

Tous les soins qui ne seront pas compris dans le contrat d’assurance de l’employeur seront à la charge du patient.

Dans cette logique commerciale, l’Etat disparaît du système de santé français.

 

La disparition de l'Etat : le vieux rêve de l'ultralibéralisme offert par les descendant-e-s de JAURES au patron de la mine.

La résistance, ce n'est pas afficher un drapeau aux fenêtres du salon. Cet affichage est un acte de solidarité avec les victimes , avec celles et ceux qui étaient dans le même amour.

La résistance consiste à protéger le peuple des attaques de la barbarie. Mais aussi du libéralisme sauvage. Après s'en être pris à l'école, via la réforme des collèges ( moins tu apprends, plus tu es taillable et corvéable) , ils s'en prennent maintenant à la santé.

 

Comme les chômeurs rayés d'un coup de plume font baisser les statistiques du chômage, la réforme de la santé va faire disparaître nombre de maladies par un coup de faucheuse. Avec cette réforme, les patrons vont choisir de quelles maladies pourront souffrir leurs employé-e-s.

En effet, ce sont les entreprises qui passeront des contrats avec les compagnies d'assurance. Difficile d'imaginer que la vocation des entreprises à rechercher le profit s'embarasse de la prise en charge des maladies longues et coûteuses . En revanche, le rhume des foins sera remboursé à 100 % .

Disparus du contrat de couverture, les cancers, les burn out, les maladies invalidantes, ...,  n'en disparaîtront pas pour autant de la vie. Ce sera à chacun d'organiser ses économies et ses crédits à taux démentiel ( la mort risquant d'empêcher le remboursement) pour faire marcher le commerce du soin.

 

Le monde libéral féroce n'aura pas éradiqué la maladie mais l'effort social de tous pour aider chacun d'entre nous aux soins. Cette réforme est une nouvelle attaque abjectement anti sociale comme les aiment tant Hollande et ses ministres.

 

Nathalie &  Oriane TAGLIARI.

 

Date de dernière mise à jour : 05/12/2015